Profession du père de Sorj Chalandon

oas

L’enfance d’Emile Choulans n’a rien d’un long fleuve tranquille. Entre un père violent, mythomane et paranoïaque et une mère soumise et résignée aux accès de folie de son mari, les moments de répit sont rares. Emile peut se réveiller un jour pour découvrir que Tom, son prétendu parrain américain, lui a adressé une lettre l’engageant à défendre sa patrie, ou bien se retrouver embobiné dans des embrouilles visant à menacer de mort un défenseur de l’Algérie libre. Même pour un gamin de douze ans, les évènements se succèdent à une vitesse difficile à avaler ; mais jouer les complices est le meilleur moyen de rester proche d’un père insaisissable, et d’éviter ses coups.

Alors Emile fait ce qu’on lui demande, dépose des lettres anonymes dans des boîtes aux lettres inconnues, tague OAS sur tous les murs de la ville, se prend même tellement au jeu qu’il embarque avec lui Luca, un jeune pied-noir qui n’a rien demandé. Au risque de se retrouver pris au piège dans des affaires de grandes personnes.

profession du père - chalandonL’enfance d’Emile, c’est celle de Sorj Chalandon qui tente ici de pacifier de vieux démons. Le choix du récit à la troisième personne se comprend dès les premières pages, le contenu de Profession du père est suffisamment pesant émotionnellement pour que l’auteur ait eu besoin de cette mise à distance. Les aventures d’Emile, par ailleurs, sont si romanesques qu’un récit à la première personne aurait peut-être, paradoxalement, jeté le doute sur leur authenticité. La distance, cependant, n’empêche pas Sorj Chalandon de livrer, un temps, un récit terriblement touchant, porté par un mélange de tendresse et de regrets qui n’est pas sans rappeler, par endroits, le Romain Gary de la Promesse de l’aube.

Profession du père a ainsi le charme excentrique de ses personnages principaux, qui se coupent peu à peu du monde à force de jouer leurs propres règles. Leur charme, mais aussi leurs limites, tant il est vrai qu’écouter déblatérer un mythomane peut être amusant cinq minutes mais particulièrement fatiguant une fois passé ce court délai. Une fois les élucubrations du père lancées à plein régime naît une certaine gêne, qui l’emporte parfois sur l’attrait du romanesque ; le lecteur devient voyeur d’une réalité un peu trop crûment déballée, et ce en dépit des précautions prises par Sorj Chalandon, qui finit par se prendre les pieds dans ce matériau biographique trop lourd auquel il ne parvient pas à donner une portée aussi large qu’à ses précédents romans.

platypus fullplatypus fullplatypus fullplatypus grayplatypus gray

J’ai également parlé de ce roman dans Balises, le webmagazine de la Bpi.

6 réflexions sur “Profession du père de Sorj Chalandon

  1. J’avais regardé La Grande Librairie avec l’auteur comme invité, et ça m’avait vraiment donné envie de lire son livre. Je pense me laisser tenter malgré tes quelques réserves !

    J'aime

  2. J’ai moins aimé les passages où Emile est adulte mais j’ai été accrochée par le personnage du père mythomane et par cette atmosphère lourde et étouffante d’enfermement qui règne dans l’appartement, comme une secte dont le père serait le gourou.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s