1

BD : La Traversée du Louvre de David Prudhomme

MEP_TRAVER_LOUVRE.indd

On a beaucoup entendu parler l’année dernière des derniers ouvrages publiés par Futuropolis en association avec le musée du Louvre : l’Art du chevalement de Loo Huy Phang et Philippe Dupuy et le Chien qui louche d’Etienne Davodeau. En attendant d’avoir entre les mains ces deux titres très alléchants, je me suis rabattu sur une autre publication de Futuropolis/Louvre Editions, sortie plus discrètement en 2012 : La Traversée du Louvre de David Prudhomme.

Avec 12 kilomètres de galeries – on nous l’indique dans les quelques pages de statistiques en annexe -, l’idée d’une traversée du Louvre a quelque chose d’aventureux : c’est déjà une petite épopée et la couverture semble nous lancer sur cette piste. Avec sa chapka et son sac à dos, examinant un cartel comme on examine une carte, le personnage principal de la Traversée du Louvre, qui n’est autre que l’auteur, semble en pleine campagne d’exploration. On fait difficilement plus mythique que le Louvre, avec ses fantômes de rois de France qui hantent les antichambres, ses sarcophages qui semblent faire revivre l’Egypte ancienne, son côté labyrinthique qui laisse supposer que quelque part se cache un Minotaure.Il y a bien des chemins à emprunter pour raconter une Traversée du Louvre et curieusement, David Prudhomme n’en emprunte aucun.

Lire la suite

5

BD : L’Amour infini que j’ai pour toi de Paulo Monteiro

monteiro

Avant de se consacrer uniquement à la bande dessinée, Paulo Monteiro a été décorateur et costumier pour des spectacles d’ombres chinoises et de marionnettes, archéologue, professeur de géographie ou encore commissaire de plusieurs expositions d’art contemporain. Un parcours étonnant qui explique peut-être la multiplicité des styles qui parcourent l’Amour infini que j’ai pour toi, petit album de dix chapitres – qu’on pourrait appeler des nouvelles graphiques – qui composent une sorte de journal psychique fourmillant, créé dans la douleur comme l’indiquent les extraits du journal de Monteiro, en fin de volume, dans lequel l’auteur exprime toutes ses difficultés à accoucher de la moindre case.

Lire la suite

1

BD : Riche, pourquoi pas toi ? de Marion Montaigne, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot

riche-extrait

Avant de parler de Riche, pourquoi pas toi, je préfère prévenir : cette BD ne vous donnera aucune astuce pour augmenter votre capital. Vous pouvez donc continuer à gratter des Millionaire et à jouer au Loto pour espérer faire partie des happy few qui peuvent fuir l’hiver à Saint-Barth’ et entrer dans une boutique place Vendôme sans avoir l’impression d’être un misérable avorton. Et encore, rien ne dit que la Français des Jeux puisse contribuer à faire de vous un riche, même en cas de victoire.

Au début de Riche, la famille Brocolis fait la rencontre de deux étranges sociologues, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Depuis trente ans, ceux-ci s’intéressent à la notion de richesse, c’est-à-dire les codes, les privilèges et les habitudes intégrées dès l’enfance qui différencient ceux qu’on peut dire riches de ceux qui ont, simplement, de l’argent. Lorsque la famille Brocolis gagne une somme substantielle au Loto, ils pensent accéder à cette richesse, mais le couple de sociologues va bien vite les détromper.

Lire la suite

7

BD : Verlaine, une saison en enfer de Bernard Jagodzinski et Daniel Casanave

verlaine_19_bg_

La semaine dernière, en cherchant les illustrations de mon billet sur Rimbaud l’indésirable de Xavier Coste, je suis tombé sur des vignettes d’une autre BD dont j’ignorais l’existence, sur Verlaine cette fois. Comme ma bibliothèque l’avait, je me suis jeté dessus, alléché par la couverture dont le style est à l’opposé du travail de Coste.

L’album de Casanave et Jagodzinski commence quelques années après que Rimbaud ait définitivement disparu de la vie de Verlaine, lorsque celui-ci a quitté Paris pour s’installer à Juniville, un patelin des Ardennes où on trouve aujourd’hui un musée à sa mémoire. Il y mène une existence simple, en compagnie de Lucien Létinois, un de ses anciens élèves avec qui il a une liaison. Sa vie est redevenue, à peu de choses près, paisible après le départ de Rimbaud. Il participe aux travaux des champs, finit sa journée en buvant un coup à l’auberge du village, comme tout le monde ; il a même trouvé, à peu de choses près, la sérénité dans la foi depuis son séjour en prison. Cette période de la vie de Verlaine, que j’ignorais complètement, n’est sans doute pas à première vue la plus palpitante mais j’ai justement trouvé très intelligent de nous entraîner dans cet instant de calme entre deux tempêtes : Rimbaud d’un côté, la tentative de renouer avec la bohème parisienne de l’autre.

Lire la suite

4

BD : Rimbaud l’indésirable de Xavier Coste

rimbaud verlaine coste

On connaît tous par bribes la vie hors du commun de Rimbaud : l’enfance étriquée à Charleville, la fuite à Paris pour rencontrer Verlaine avec qui il part à Londres et en Belgique, la mort frôlée de près lorsque son amant lui tire deux balles de revolver dans l’épaule, l’abandon de la poésie à vingt-et-un ans et le départ pour l’Orient puis l’Afrique où il mène une vie d’aventurier. La mort, enfin, à trente-sept ans, des suites de l’amputation d’une jambe gangrénée.

Conscient tout de même de mes lacunes en la matière, j’étais enthousiaste à l’idée d’apprendre deux ou trois choses en plus sur la vie de Rimbaud sans pour autant me plonger dans une des biographies-sommes de Claude Jeancolas ou Jean-Jacques Lefrère (paresse, j’écris ton nom…). L’album de Xavier Coste représente bien un petit condensé biographique, du premier voyage à Paris à la mort de Rimbaud, qui satisfera ceux qui ne connaissent le poète que de loin.

Lire la suite

0

BD : Souvenirs de l’Empire de l’atome de Thierry Smolderen et Alexandre Clérisse

souvenirs de l'empire de l'atome bandeau

Paul est écrivain de science-fiction et a des rapports télépathiques avec un héros d’une galaxie lointaine, Zarth Arn, depuis son enfance. Forcé à consulter par ses patrons, il devient célèbre lorsque son psy publie un article sur son cas. Contacté par le riche Zelbub, il va mettre le pied dans une aventure qui l’emmènera aux confins de son esprit et de l’Empire de l’atome. 

Drôle d’histoire racontée avec force flash-backs et ellipses, les séquences durant rarement plus de quatre ou cinq pages. On navigue sans arrêt dans les années 50 et 60, sans oublier de nombreuses étapes dans le monde de Zarth Arn, quelque part au 1109e siècle. Au lecteur de reconstituer le puzzle… Je dois avouer que je me suis quelquefois perdu dans le jeu des allers et retour dans le temps qui compliquent à mon avis exagérément une intrigue déjà bien tirée par les cheveux et qui aurait gagné à être plus ramassée.

Lire la suite

2

BD : Chambres noires d’Olivier Bleys et Yomgui Dumont

710_P7

La famille Pénouquet a une drôle de façon de gagner sa croûte : la fille, Ninon, est médium et permet à ses clients, avec plus ou moins de bonheur, d’entrer en contact avec des esprits. A la fin de la séance, son frère Lazare, féru de photographie, une technique qui vient d’être inventée, et amateur de trucages, propose aux crédules d’être immortalisés avec les spectres de leurs chers défunts. Ces petites arnaques permettent de nourrir toute la tribu : des faux jumeaux adoptés, une petite orpheline muette, le père Pénouquet, l’oncle Arsène et son compagnon venu de Conchinchine, Gang Li Cheng.

Mais tous ne sont pas des charlatans et il y a bien un peu de surnaturel dans l’immeuble parisien qu’habitent les Pénouquet : la mère de famille, décédée, parle au travers de son portrait, peint par son mari, et les esprits s’invitent parfois réellement dans les séances de Ninon. Notre histoire commence lorsque les photos de Lazare se voient parasitées par le spectre d’une femme qui semble avoir un message à délivrer.

Lire la suite

12

BD : La Parenthèse d’Elodie Durand

63493999

Histoire de varier un peu les plaisirs, j’inaugure aujourd’hui la catégorie BD avec un album découvert chez Stephie il y a quelques semaines et sur lequel je suis tombé par hasard hier à la bibliothèque.

Judith a à peine plus de vingt ans lorsque ses proches l’alertent sur son état de santé : depuis quelques temps, elle a des malaises, des absences dont elle ne se souvient plus quelques minutes après. Ces trous de mémoire sont les premiers signes d’une maladie qui va la ronger pendant plusieurs années, avalant tous ses souvenirs, détruisant toute possibilité de vie sociale. Plus de dix ans plus tard, elle entreprend le récit de sa maladie, qu’elle adresse à sa mère, pour enfin tourner la page.

Lire la suite