3

[Playlist] Les Loups à leur porte de Jérémy Fel

En milieu de semaine, je vous ai parlé des Loups à leur porte de Jérémy Fel, et c’est une occasion parfaite pour faire quelque chose qui me démange assez souvent : la playlist du roman.

Car si Fel ne m’a pas vraiment convaincu avec son thriller en forme de puzzle où se sont perdues quelques pièces, je ne peux que saluer son excellent goût en matière de musique. Sont cités dans les Loups à leur porte les Smiths, Beach House, Cocteau Twins, David Bowie et bien d’autres. J’ai rassemblé dans cette playlist Spotify tous les titres et artistes cités et j’essaierai désormais d’en faire autant à chaque fois que je lirai un roman réunissant suffisamment de références musicales.

Lire la suite

9

Découvrez pourquoi Björk annule sa tournée, ou comment manipuler une info

bjork-2015-poble-espanyol-06-francesc-fabregas

Une fois n’est pas coutume, je voulais vous parler d’une petite affaire qui m’a agacé cette semaine et qui concerne le traitement d’une information dans la plupart des grands médias français.

Cette information, vous l’avez sûrement vue passer : elle concerne l’annulation de la fin de tournée de Björk, dont le management a brusquement annoncé qu’elle ne participerait finalement pas à la Route du Rock – dix jours avant le festival, mettant ses organisateurs dans un pétrin de premier rang – et aux festivals Pitchfork et Iceland Airwaves prévus à l’automne. La nouvelle tombe le 5 août, et ne s’accompagne d’aucun motif ou excuse, si ce n’est celle, plutôt trouble, d’un « conflit d’agenda ». Un dernier concert, au Wilderness Festival, est maintenu, et le management promet que les dates annulées seront reprogrammées.

Quelques jours plus tard, Björk prend elle-même la parole sur sa page Facebook pour remercier son équipe et le public venu assister aux dates du Vulnicura Tour, et annoncer qu’en réalité la tournée ne reprendra pas : l’annulation, qui échappe à sa volonté, est l’occasion de passer à autre chose, la chanteuse ayant commencé à travailler sur de nouvelles chansons. Voici le communiqué tel qu’il a été posté sur Facebook, suivi de sa traduction (que j’emprunte à l’équipe de björk.fr). Les passages en gras sont de mon fait.

dear audience

i would like to thank everyone for the concert last night !!!!!! i have no words to describe how grateful i am for this tour : i would like to thank the crew and the promoters and the musicians and the management , the designers . and most of all my personal little team and the audience !!! these have truly been some of my most sublime moments !! singing this album has been intense and the internal clock of it different to the other ones . it has sort of had to behave in its own little way . both the urgency of the leak and now this sudden closure for reasons beyond my control is characteristic of that . i hope through the years i have earned enough tourkarma points to get your support for this .

i have started writing new songs and feel the best most natural pathway to go is to let this beast flow its natural course and start anew

best intentions

björk

cher public,
j’aimerais remercier tout le monde pour le concert d’hier soir !!!!!! je n’ai pas de mots pour vous dire à quel point je suis reconnaissante pour cette tournée : j’aimerais remercier mon équipe et les promoteurs et les musiciens et le manager, les stylistes . et surtout ma petite équipe personnelle et le public !!! j’ai vécu parmi les moments les plus sublimes de mon existence. interpréter cet album a été intense. Mais cela s’est déroulé à un rythme différent de l’habitude. Comme si cet album n’en avait fait qu’à sa tête. La sortie anticipée suite à sa fuite sur le net et maintenant cette soudaine annulation pour des raisons qui me dépassent sont particulièrement caractéristiques de cette période. j’espère qu’au fil des années j’ai gagné assez de points de karma-tournées pour mériter votre soutien.
j’ai commencé à écrire de nouvelles chansons et je pense que le meilleur chemin à suivre maintenant est de laisser cette création suivre son cours et d’entamer quelque chose de nouveau
meilleures intentions
björk

Lire la suite

0

[Playlist] Tom McRae

tom mcrae standing band

Il est question aujourd’hui d’un retour d’entre les morts, d’une résurrection artistique que plus personne n’attendait. Le nom même de Tom McRae vous rappelle-t-il quelque chose ?

Rien n’est moins sûr ; pourtant, Tom McRae a été l’auteur de deux albums exceptionnels, bouleversants. Un album éponyme en 2000, suivi de Just like blood en 2003. De la folk merveilleusement ouvragée, une voix fluette, légèrement éraillée mais capable à l’occasion de puissantes et rudes envolées. Deux albums bardés de morceaux à faire pleurer les pierres. Quand Just like blood est sorti, j’avais quinze ans (eh oui) ; j’ai vu dans la foulée Tom McRae en concert, dans une toute petite MJC cannoise, et cela reste un souvenir intense.

Et puis, dès le troisième album, les choses commencèrent à se gâter. Passé trois belles chansons d’ouvertures, All Maps Welcome (2005) s’enlisait dans des morceaux passablement geignards, pauvrement fagotés, sans inspiration. Les albums de Tom McRae viraient à la caricature ; effets de manche, violons lacrymaux et manque de subtilité totale. Cela allait devenir sa marque de fabrique pour King of Cards (2007), The Alphabet of Hurricanes (2010) et From the lowlands (2012). Des naufrages où surnageaient, rarement, un ou deux morceaux.

Lire la suite

0

[Playlist] Été 2015

Puisqu’il est désormais impossible de nier que l’été est à nos portes et qu’avec les températures élevées reviennent des rêves de piscines, de barbecues, de festivals et de glaces à l’italienne. Pour accompagner votre début d’été, je vous propose une petite playlist qui se mariera parfaitement à un verre de rosé très frais, avec des titres soufflant le chaud et le froid issus d’albums sortis ces derniers mois ou à venir, du virage synthpop autotuné de Metric au retour très musclé de Foals en passant par le très désaltérant Victorius d’Archipel ou l’inévitable collaboration entre Franz Ferdinand et les Sparks. C’est par ici sur Deezer ou sur Spotify.

 

1

[Playlist] David Bowie (1971-1980)

bowie 1973

La semaine dernière, j’ai vu in extremis l’exposition David Bowie Is à la Philharmonie, juste avant qu’elle ferme ses portes. Je ne remuerai pas le couteau dans la plaie pour ceux qui l’ont ratée, mais disons simplement qu’au-delà de l’excitation provoquée par les nombreux costumes mythiques et autres notes manuscrites, c’était un plaisir absolu de s’immerger dans un choix de morceaux et de performances toutes plus électrisantes les unes que les autres et mises en valeur par une scénographie d’une intelligence rare. Suite à cette délicieuse expérience, je suis depuis une dizaine de jours coincé dans une spirale infernale qui fait que plus j’écoute Bowie, plus j’ai envie de l’écouter. J’ai découvert les quelques albums qui manquaient à ma collection, plongé dans les innombrables bootlegs des années 70,  usé encore une fois jusqu’à la corde les classiques indépassables que sont Hunky Dory ou The Rise and Fall of Ziggy Stardust.

Pour satisfaire ma passion du moment, je vous propose donc ce soir un petit panorama des années 70 de Bowie (en attendant peut-être une deuxième fournée pour les années 80 à 2000), sa période la plus féconde, non pas à travers les tubes qui l’ont rendu célèbre mais via une poignée de titres moins connus, parfois sortis en singles mais ignorés par la plupart des compilations, et qui figureraient sur mon best-of personnel. Rien de très neuf pour les amateurs éclairés, mais si vous n’êtes pas particulièrement familiers de l’oeuvre de Bowie, voilà de quoi aller au-delà des éternels, Heroes, Rebel Rebel ou Space Oddity.

Lire la suite

0

[Musique] Soko – My dreams dictate my reality

soko 2015

Qu’attendre du nouvel album de l’auteure d’un petit buzz sur Myspace en 2007 avec deux ou trois petits morceaux folk joliment bricolés mais vite oubliés, et dont la gaucherie sur scène était telle à l’époque qu’elle parvenait à créer un malaise tenace ? A priori, rien du tout. Depuis l’époque d’I’ll kill her, Soko semblait avoir plus ou moins mis sa carrière musicale entre parenthèses, en dépit d’un album sorti discrètement en 2012, pour se tourner vers le cinéma, où elle a très rapidement fait ses preuves. L’affaire aurait pu être classée.

Et puis, la voilà qui revient sous un nouvel avatar, cheveux peroxydés et esthétique punk, avec un deuxième album qui est une des meilleures surprises de ce début d’année.

Lire la suite

0

[Musique] The Apartments – No Song, No Spell, No Madrigal

138620-the-apartments-15122010-1019

Si 2015 est d’ores et déjà une excellente année d’un point de vue musical, elle est par contre particulièrement plombante. Après avoir compati au divorce de Björk, après avoir longuement pleuré la mère de Sufjan Stevens, me voilà à porter le deuil d’un enfant avec le septième album de The Apartments.

Peu connu du grand public bien qu’il entretienne des liens étroits avec la France, le groupe de Peter Walsh avait pratiquement disparu depuis son dernier album, Apart, sorti en 1997 : ce n ‘est qu’en 2007 qu’il recommence timidement à donner des nouvelles, avec une poignée de concerts en Australie puis en Europe. Il faut encore attendre 2011 pour qu’un nouveau titre, Black ribbons, voie le jour. Celui-ci se retrouve en bonne place, quatre ans plus tard, sur No song, no spell, no madrigal, album inespéré.

Lire la suite

0

[Playlist] Sufjan Stevens

sufjan stevens 30:01:11

Au début de la semaine, Sufjan Stevens annonçait les dates de sa tournée européenne, qui commencera à l’automne et s’arrêtera pour trois dates en France (deux à Paris et une à Lyon). L’occasion parfaite pour une petite promenade de santé dans la discographie du chanteur américain, en l’attaquant par la face B, comme pour Björk il y a quelques semaines.

Lire la suite

0

[Musique] Ratatat – Cream on Chrome

ratatat

Il fait beau, Paris prend des airs estivaux et les terrasses sont pleines à craquer. Timing idéal pour la sortie d’un nouveau morceau de Ratatat, publié hier soir sur Youtube juste avant leur concert à Coachella. On ne s’attendu plus à quoi que ce soit qui révolutionne leur son si caractéristique, mais ce Cream on Chrome, avec son groove minimal, rappellera plutôt l’efficacité brute de Classics (2006) que la débauche psychédélique – et plutôt ennuyeuse à la longue – du dernier album en date, LP4 (2010). Parfait pour une fin d’après-midi ensoleillée.

0

[Musique] Avi Buffalo – At Best Cuckold

avi buffalo

Vous n’en avez peut-être pas entendu parler, mais un petit drame a secoué la planète indie rock au début de l’année :  Avigdor Zahner-Isenberg annonçait, le 27 janvier, la dissolution d’Avi Buffalo, son groupe qui n’en était pas vraiment un, et sa décision d’arrêter de produire sa propre musique pour se contenter de participer aux projets d’autres musiciens.

A vingt-trois ans, Avi Zahner-Isenberg a le temps de changer d’avis. Il n’empêche que cette annonce, qui intervenait seulement quelques mois après la sortie de son deuxième album, avait de quoi contrarier les amateurs.

Lire la suite