0

L’Oragé de Douna Loup

Il est à craindre que le nom de Jean-Joseph Rabearivelo ne vous dise pas grand chose – rassurez-vous, ça ne fait pas non plus très longtemps que je l’ai découvert. Il s’agit pourtant d’une des figures les plus importantes de la littérature malgache, et notamment le premier écrivain de l’île à écrire en français, que l’auteure franco-suisse Douna Loup nous propose de découvrir dans son troisième roman.

Lorsque Jean-Joseph Rabearivelo naît, en 1903, Madagascar est depuis six ans sous administration française. La colonisation, qui s’est faite dans le sang et a été suivie de dix ans de guerre civile, est encore dans toutes les mémoires et les mouvements contestataires, qui ne cesseront jamais d’élever leur voix jusqu’à l’indépendance en 1958, restent très présents. Dans ce climat, la parole des intellectuels ne peut que compter.

Jean-Joseph Rabearivelo n’avait pourtant rien pour en devenir un : issu d’une famille pauvre, déscolarisé à treize ans, c’est seulement sa soif dévorante de lecture qui lui permit de devenir le poète qu’il fut. Douna Loup, dans l’Oragé, choisit de se concentrer sur une courte période de la (courte) vie de Rabearivelo : la fin de sa période de formation, lorsque le poète décide d’abandonner la langue malgache pour écrire en français.

Lire la suite

1

La Dame blanche de Christian Bobin

manuscrit emily dickinson

On connaît sans doute trop mal, en France, l’oeuvre d’Emily Dickinson, une des figures les plus emblématiques de la poésie américaine dont la quasi-intégralité de la production fut publiée de manière posthume. Révolutionnaire pour son époque, sa poésie n’hésite pas à se jouer des règles de ponctuation et de versification. Bien qu’hermétique par endroits, elle possède malgré son caractère fragmentaire une grande puissance d’évocation, une propension à embrasser dans sa brièveté caractéristique des étendues considérables.

Lire la suite

0

Le Maître du jardin de Valère Staraselski

la fontaine - allégorie cochin

Quel écrivain a réuni plus de titres pour plaire et intéresser ? Mais aussi quel écrivain est plus souvent relu, plus souvent cité ? Quel autre est mieux gravé dans la mémoire de tous les hommes instruits, et même de ceux qui ne le sont pas ? Le poète des enfants et du peuple est en même temps le poète des philosophes.(…) Dans ces moments qui ne reviennent que trop, où l’on recherche à se distraire de soi-même et à se défaire du temps, quelle lecture choisit-on plus volontiers ? Sur quel livre la main se porte-t-elle plus souvent ? Sur La Fontaine.

Ces quelques mots issus du Second Eloge de la Fontaine de Jean de la Harpe, placés en exergue du Maître du Jardin de Valère Staraselski, gardent encore une grande part de vérité un siècle et demi après avoir été écrits. Star incontestée des programmes scolaires de la maternelle au secondaire, La Fontaine est dans toutes les têtes, fût-ce par le biais d’une poignée de vers seulement, et on le redécouvre sous un nouveau jour à chaque âge. Et pourtant, à l’exception de quelques bribes, on connaît généralement très mal sa vie.

Lire la suite

0

Balzac, le roman de sa vie de Stefan Zweig

balzac-daguerreotype-manuscrits-317047-jpg_197704

Lorsqu’il se suicide en février 1942, Zweig laisse derrière lui, inachevé, son grand oeuvre, une biographie de Balzac qu’il élabore depuis une dizaine d’années. Si on se rappelle qu’il était déjà l’auteur, au sein de l’essai Les Trois Maîtres, d’un essai sur Balzac, on n’aura aucune peine à imaginer l’attachement et la fascination de Zweig pour le plus grand romancier français du XIXe siècle. Après dix années de recherche et de documentation,  les connaissances de l’auteur autrichien sur son aîné sont encyclopédiques et composent une biographie vivante et enthousiaste. Lire la suite