1

A la recherche de New Babylon de Dominique Scali

Django-Unchained-Set-1

Depuis quelques années, j’ai l’impression que le Far West fait un retour tonitruant en littérature. J’ai déjà eu l’occasion de le dire lorsque j’ai écrit mon billet sur le décevant Faillir être flingué de Céline Minard : le western est loin d’être mon genre de prédilection ; au cinéma, c’est même quelque chose que j’ai tendance à fuir comme la peste. Mais c’est justement, je crois, ce manque d’intérêt initial qui me pousse à lire des textes s’insérant dans cet imaginaire : j’ai envie de savoir ce que des auteurs peuvent trouver à dire à partir de ce genre qui m’ennuie, vers quelles limites ils peuvent réussir à le repousser.

Dans le cas de A la recherche de New Babylon, je ne peux que me féliciter d’être passé outre mes réticences. Le roman de Dominique Scali, jeune auteure québécoise, est en quelque sorte l’antidote au Faillir être flingué de Minard, auquel je n’ai pas pu m’empêcher de le comparer tout au long de ma lecture.

Le dispositif, au départ, est similaire : les deux romans nous proposent de suivre une poignée de personnages quasi-archétypaux : ici, quelques aventuriers qui évoluent sur le fil de la loi, un ou deux shérifs, des tenanciers de saloon et des chercheurs d’or peu scrupuleux et, au gré de ce qui s’apparente à un long road trip, des êtres plus banals, plus tranquilles, composant des familles puritaines retirées du grand chahut qu’est la conquête de l’Ouest.

Lire la suite

0

Data Transport de Mathieu Brosseau

courrier

Au début du roman, M. naît une deuxième fois. Repêché, nu, par un cargo nommé Data Transport, dans les eaux de l’océan. Comme un nourrisson, il ne maîtrise qu’à peine le langage : seule une lettre passe ses lèvres, le B. A la fois babil et bégaiement, il le répète inlassablement.

Etant donné son infirmité, M. trouve un métier qui ne nécessite quasiment aucun contact avec d’autres. Il est chargé de traiter, dans un centre de tri postal, les NPAI – N’habite Pas à l’Adresse Indiquée -, des lettres qui se sont égarées. A travers ces fragments, le plus souvent nébuleux mais bavards, M. reconstruit un peu de son identité en endossant les mots des autres.

Lire la suite

2

Annabel de Kathleen Winter

hermaphrodite-endormi

Dans un village perdu dans la nature rude et sauvage de Terre-Neuve, naît à la fin des années 60 , un bébé au sexe imparfaitement formé, indéterminé. Sa mère tente de cacher un temps sa particularité physique au père, un homme plutôt rustre et brutal. Mais bien vite, une décision doit être prise : le bébé sera opéré, et son sexe choisi par ses parents. Ce sera un garçon, Wayne. Pourtant, la mère regrette d’avoir, par ce geste chirurgical, perdu la petite fille qu’elle imaginait. Wayne, tiraillé entre deux identités, va passer toute sa jeunesse à payer les pots cassés de cette décision prise trop vite.

Lire la suite

4

Pas billy the kid de Julien d’Abrigeon

billy the kid photo

Parmi les figures du Far-West, Billy the Kid est une des plus connues, et comme nombre de ses confrères hors-la-loi de l’époque, le Kid a emporté dans sa tombe bien des questions.Si l’on suppose qu’il avait vingt-et-un ans lorsqu’il est mort, et si on lui attribue précisément vingt-et-une victimes, son identité exacte reste longtemps floue, recouverte par plusieurs couches de pseudonymes

Pas billy the kid n’est en aucun cas une tentative de fixer la biographie de ce héros paradoxal de l’Ouest ; ce n’est même pas l’histoire de Billy the Kid. Tout au plus est-ce l’histoire de pas Billy the Kid, comme son titre l’indique bel et bien, l’histoire de tous ceux qui furent presque le Kid, de ceux qui l’ont incarné au cinéma ou encore de cet homme qui, en 1950, déclara qu’il était le véritable Kid et que celui abattu par Pat Garrett n’était qu’un anonyme.

Lire la suite

1

Les Tribulations du dernier Sijilmassi de Fouad Laroui

azemmour

Dans l’avion qui le ramène à Casablanca après un voyage d’affaires en Asie, Adam Sijilmassi prend la décision de sa vie : jamais plus il ne montera dans un avion. Ni même dans une voiture d’ailleurs. Dans un univers qui va absurdement vite, il veut ralentir. Retrouver le rythme de son père et de son grand-père, qui n’ont jamais dépassé l’allure d’un cheval tirant une carriole.

Ce n’est pas seulement de la lassitude, même si avoir fait des études d’ingénieur pour finir par vendre du bitume à l’international n’est pas des plus exaltants ; ce n’est pas exactement une dépression, comme le hurle l’épouse peu compréhensive d’Adam quand elle apprend qu’il souhaite quitter sa position et les mettre dans l’embarras financier ; ça n’a rien à voir avec une crise de folie, comme le pensent les deux policiers qui arrêtent Adam sur le bord de la route, alors qu’il marche de l’aéroport jusqu’à chez lui.

Lire la suite

5

Ce sont des choses qui arrivent de Pauline Dreyfus

L’homme a des endroits de son pauvre coeur qui n’existent pas encore et où la douleur entre afin qu’ils soient.

Cette citation de Léon Bloy, inscrite en exergue de Ce sont des choses qui arrivent, colle à merveille au parcours de Natalie de Sorrente, jeune duchesse qui, au cours de la seconde guerre mondiale, va vivre une chute vertigineuse. Descendante de la maison Lusignan, enorgueillie de quelques gouttes de sang royal, mariée à un descendant de la grande noblesse napoléonienne, Natalie n’a que faire de la guerre – tout juste regrette-t-elle d’être contrainte à vivre dans sa résidence secondaire cannoise tant que la situation n’est pas stabilisée à Paris. De juifs, elle ne connaît guère qu’un ancien prétendant qu’elle n’a pas croisé depuis des années, et quelques domestiques. Natalie a de toutes façons d’autres chats à fouetter : elle vient de tomber enceinte d’une brève relation extra-conjugale. Ce sont des choses qui arrivent, lui disent ses amies…

Lire la suite

3

L’Invention de nos vies de Karine Tuil

delon plein soleil

La rentrée littéraire 2014 est bien entamée mais aujourd’hui est un jour un peu particulier puisque je viens de terminer le dernier livre de ma PAL de la rentrée… 2013. Curieusement, j’ai gardé pour la fin un des romans dont on a le plus entendu parler, nommé dans les shortlists de plusieurs prix et généralement encensé sur la blogosphère.  Rafraichissons tout de même les mémoires défaillantes : l’Invention de nos vies raconte l’histoire de Sam Tahar, musulman, né de parents algériens, qui pour réussir sa carrière d’avocat emprunte la personnalité et l’histoire d’un ami perdu de vue. Ainsi Sam ne sera plus Samir mais Samuel ; il se dira juif et pourra épouser la fille de Rahm Berg, une des plus grandes fortunes des Etats-Unis. Fort de ce soutien, il pourra devenir un des avocats les plus respectés et les mieux payés du barreau de New-York. Le prix à payer est bien sûr la culpabilité et la honte d’avoir renié sa famille et ses valeurs, mais aussi la crainte permanente d’être démasqué.

Lire la suite