2

La Physique des catastrophes de Marisha Pessl

papillons bleus - physique des catastrophes

« Papa disait toujours qu’il faut une sublime excuse pour écrire l’histoire de sa vie avec l’espoir d’être lu. »

L’excuse est toute trouvée pour Bleue Van Meer qui a toujours vécu sa vie en ayant en tête sa future autobiographie. Dès le début, sa vie est un roman, de la mort de sa mère dans un tragique accident de voiture jusqu’à ses interminables pérégrinations avec son père qui va chaque année d’université en université au gré des séminaires pour lesquels on le sollicite. Même son prénom, qu’elle tient d’un papillon, est éminemment romanesque.

Mais le grand événement, la sublime excuse, lui tombe dessus l’année de ses seize ans. Pour une fois, Bleue et son père restent toute une année au même endroit : Stockton, Caroline du Sud, ou Bleue va enfin découvrir la vie sur un campus, lier des amitiés non seulement avec d’autres camarades hyper-cultivés mais aussi avec sa prof de cinéma, la magnétique Hannah Schneider. Jusqu’à la catastrophe annoncée : la mort de cette dernière dans des circonstances nébuleuses.

Lire la suite

3

The Ecliptic de Benjamin Wood

solar_year

A quelques encablures de la côte turque se trouve un paradis pour auteurs en mal d’inspiration. Portmantle, lieu tenu secret, coupé du monde, où peintres, écrivains ou musiciens peuvent se retirer le temps qu’ils souhaitent, le temps de se recentrer sur leur art, loin du tumulte du monde, à la seule condition d’être coopté par un ancien résident.

Knell, jeune artiste peintre faisant face à une crise artistique majeure après avoir été propulsée en quelques expositions sous les feux de la rampe, ne sait plus exactement quand elle est arrivée à Portmantle, et depuis combien de temps elle tente d’y réaliser son grand oeuvre. Contrairement à la plupart des résidents, qui viennent se ressourcer quelques mois seulement, elle habite Portmantle depuis plusieurs décennies, tout comme McKinney, Pettifer et Quickman – un architecte, une dramaturge et un romancier – avec qui elle passe l’essentiel de son temps. Tous les quatre ne savent même plus vraiment ce qu’ils cherchent à accomplir. L’arrivée d’un nouveau pensionnaire énigmatique, Fullerton, pourrait réveiller le feu sacré en eux.

On retrouve Benjamin Wood pour la deuxième fois, après le Complexe d’Eden Bellwether, qui avait remporté un joli succès en France. Les thématiques de The Ecliptic ne sont d’ailleurs pas bien éloignées de celles de ce premier roman : la principale différence est qu’on parlera ici plutôt de peinture, et non plus de musique.

Lire la suite

1

La Fille aux yeux d’or d’Honoré de Balzac

Gustav+Klimt+-+Adele+Bloch-Bauer+I+1907+-+Austrian+Gallery+Vienna+

Mieux vaut tard que jamais : on l’a, ce roman promis dans la préface de Ferragus, premier tome de l’Histoire des Treize que vient clore la Fille aux yeux d’or. Certes, les Treize en question restent encore une fois en retrait, mais admettons, c’est une société vraiment très, très secrète. Peu importe : la Fille aux Yeux d’or nous propulse dans une intrigue follement romanesque dont le héros est un personnage que l’on croisera régulièrement dans la Comédie Humaine, Henri de Marsay. Frappé par la foudre lorsqu’il croise une mystérieuse inconnue aux yeux de chat ou de serpent, de Marsay va tout entreprendre pour l’identifier puis la faire sienne, au péril de sa vie peut-être puisque cette fille aux yeux d’or est gardée comme un précieux trésor dans ce qui semble être une forteresse imprenable au coeur même de Paris. 

Lire la suite

3

La Duchesse de Langeais d’Honoré de Balzac

duchesse de langrais 1941

Qui sont donc les Treize, cette société secrète déjà entraperçue dans Ferragus et qui donnent leur nom à ce que Balzac concevait comme une trilogie ? « Assez forts pour se mettre au-dessus de toutes les lois, assez hardis pour tout entreprendre, et assez heureux pour avoir presque toujours réussi dans leurs desseins », ils sont surtout des as de la discrétion : même dans les romans qui leur sont consacrés, ils n’apparaissent guère…

Voyez plutôt l’histoire de la Duchesse de Langeais, deuxième volume de cette trilogie : M. De Montriveau, fascinant personnage revenu de tout, officier glorieux de l’armée napoléonienne, explorateur des coins les plus reculés de l’Afrique, s’éprend d’Antoinette de Langeais, une duchesse dont l’esprit et la beauté sont loués dans tout Paris. Jouissant d’une grande liberté grâce à un mari absent et peu regardant, Antoinette va pouvoir se permettre de jouer pendant plusieurs mois au chat et à la souris avec Montriveau, qu’elle aime confusément mais à qui elle ne veut pas céder. Elle ne découvrira que bien tard, lorsque son déshonneur sera venu, qu’on ne se joue pas impunément d’un homme comme celui-ci.

Lire la suite

5

Ferragus d’Honoré de Balzac

Paris: Point Neuf and Pont des Arts 1824 by Frederick Nash 1782-1856

Balzac est encore au tout début de son oeuvre de romancier lorsqu’il entame en 1833 l’Histoire des Treize, projet de cycle romanesque initié par Ferragus. L’idée d’écrire une Comédie humaine ne prendra forme que l’année suivante, plus ou moins en même temps que la rédaction du Père Goriot. Pour l’instant, Balzac n’a pas l’ambition de « faire concurrence à l’état-civil », il n’a pas encore l’idée du retour systématique des personnages et il s’est surtout illustré par de courts romans plutôt fantasques comme la Peau de chagrin.  Fort de sa réputation de conteur hors-pair, et délaissant un instant la veine réaliste annoncée par les récents Eugénie Grandet ou le Colonel Chabert, Balzac se lance dans une sorte de roman noir feuilletonnant, tiraillé entre réalisme et fantastique.

A l’origine de cet ensemble romanesque, les Treize donc, une société secrète qui aurait connu ses grandes heures sous Napoléon. Difficile de dire dans quel but ces hommes se réunissent, bien qu’ils soient réputés pour leur puissance et leur influence immense. Par un hasard malheureux, Auguste de Maulincour, un jeune baron, met à jour les liens qui unissent les Treize et Mme Clémence Desmarets, une femme à la probité exemplaire pour laquelle il nourrit une passion secrète. Devenu un témoin embarrassant, Auguste ne cesse de frôler la mort, traqué par Ferragus, un des Treize. Entre deux tentatives d’assassinat, il tente d’alerter Jules Desmarets, le mari un peu trop béat de Clémence, à qui incombera la lourde tâche de faire toute la lumière sur cette histoire.

Lire la suite