10

Esprit d’hiver de Laura Kasischke

570-glace-et-banquise-WallFizz

Pour ma première lecture de 2014, je n’ai pas fait dans l’original : j’ai lu tout au long de l’automne une foule d’articles sur le dernier Laura Kasischke, qui allaient de la déclaration d’amour enflammée (beaucoup l’ont cité parmi les meilleurs romans de 2013) aux aveux de la plus totale incompréhension. Peut-être est-ce pour cette raison que j’ai eu l’impression de déjà tout connaître de cet Esprit d’hiver, de son atmosphère froide et inquiétante. Ou peut-être parce que tout est déjà dit dans la phrase qui trotte dans la tête de Holly lorsqu’elle se réveille le jour de Noël : Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusqu’à chez eux. Quelque chose qui a donc forcément à voir avec sa fille adoptive, Tatiana, venue d’un orphelinat de Sibérie. Au fil de la journée, le comportement de celle-ci deviendra de plus en plus énigmatique, confinant à la folie voire à la sorcellerie. Et, puisqu’il neige dehors au point d’obliger tous les invités du déjeuner de Noël à se décommander, Holly va bien devoir faire face aux sautes d’humeur de son adolescente.

J’ai découvert Laura Kasischke cette année, comme beaucoup je crois, avec la sortie en poche des Revenants. J’avais trouvé ce roman admirable par la façon dont Kasischke se jouait des codes du roman de campus tout en interrogeant notre rapport à la mort. On retrouve dans Esprit d’hiver une ambiance similaire, mais la comparaison s’arrêtera là : Esprit d’hiver est aussi plat que les Revenants était dense et douloureusement fascinant.

Lire la suite